Activistes pro-animaux : un incendie revendiqué

Publié le 16 mai 2014

Il est près de 20 h, le samedi 18 janvier 2014, lorsque 200 m² du marché aux bestiaux de Lezay (79) sont ravagés par une explosion suivi d’un incendie. Selon La Nouvelle République, un dispositif relié à une bouteille de gaz est retrouvé. Une revendication parvient le 13 mars à la rédaction du magazine activiste de défense des animaux Bite Back (mordre en retour). Un groupe y déclare : « Il y a quelques semaines, on a fait exploser le marché aux veaux de Lezay (France). Chaque semaine, plus de 1 500 veaux et autres animaux sont vendus pour être exécutés dans les abattoirs. » Les enquêteurs restent prudents, la revendication est apparue très éloignée des faits.
En 2014, l’incendie de véhicules municipaux à Rodilhan (Gard), en réponse au soutien du maire à la tauromachie et la dégradation d’une vitrine Air France à Toulouse « pour protester contre le transport d’animaux vers les labos [de vivisection] » ont déjà été revendiquées par le même canal.
Baptisé Écoterrorisme par le FBI, ce militantisme, né dans les années 70 au Royaume-Uni, a été développé aux Etats-Unis dans les années 80 et est arrivé depuis les années 2000 sur le continent européen.
Entre 1996 et 2002, 600 actes criminels ont été répertoriés aux Etats-Unis. Ils ont entraîné 43 M$ de dommages. Le mode opératoire, principalement des incendies volontaires, explique ce coût.
Source Face au Risque – CNPP, avril 2014, par David Kapp

Adhérer au CDSE, c’est ...

Appartenir à un réseau de professionnels qui fédère les directions de la sécurité et de la sûreté de près de 150 grandes entreprises françaises et européennes.

Le CDSE a établi des partenariats avec les services du Premier ministre (SGDSN et ANSSI), le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Economie et des Finances et le ministère des Affaires étrangères

En savoir plus

Pour adhérer au CDSE, cliquez ici