AEF Info : "Gérald Darmanin est favorable à la prise en compte de la sécurité privée dans la future Lopsi"

Publié le 19 novembre

"Gérald Darmanin a déjeuné avec des représentants d’entreprises de sécurité privée et de directeurs de la sécurité et de la sûreté", relate AEF Info dans une dépêche publiée mercredi 17 novembre 2021. Stéphane Volant, président du Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE), représentants les donneurs d’ordre, et Luc Guilmin, président du Groupement des entreprises de sécurité (GES), principale organisation patronale représentative pour la surveillance humaine, étaient présents à cette rencontre "historique".

"Gérald Darmanin est favorable à la prise en compte de la sécurité privée dans la future Lopsi"
Dépêche AEF Info Sécurité globale, publiée le 17/11/21

Extraits :

"Lors de ce déjeuner ’inédit dans l’histoire du ministère de l’Intérieur’, les présidents du CDSE et du GES ’ont salué les avancées positives’ de la loi ’sécurité globale’, affirment conjointement les deux organisations, mercredi 17 novembre. Ils ont également ’rappelé qu’ils étaient prêts à contribuer à la rédaction’ des arrêtés, décrets et ordonnances découlant de cette loi. Depuis la promulgation de ce texte, le CDSE et le GES ont approfondi leurs liens, organisant notamment des ’conseils d’administration partagés’, pour prendre des positions communes.

"Face au ministre, Stéphane Volant et Luc Guilmin ont en outre ’témoigné de leur volonté d’être associés à la rédaction de la future loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure’, qui devrait être présentée en conseil des ministres début 2022. Il s’agit, pour le CDSE et le GES, de ’compléter’ la loi ’sécurité globale’, qui a laissé de côté certaines de leurs propositions, dont l’instauration d’un mécanisme de garantie financière pour les entreprises de sécurité privée.

"L’ensemble des représentants du secteur a par ailleurs relevé que le Cnaps traversait actuellement une ’crise de croissance’, preuve de son rôle majeur de régulateur d’un secteur en pleine expansion, et qu’à ce titre, il était primordial de conserver la collégialité de ses instances de gouvernance, tout en lui donnant davantage de moyens pour répondre à des missions étendues’, affirment les deux organisations représentant respectivement les donneurs d’ordre et les entreprises de surveillance humaine."

>> L’intégralité de la dépêche est accessible en ligne sur le site d’AEF Info (abonnés) :

https://www.aefinfo.fr/depeche/662325