Crise du Coronavirus : "Vous démontrez chaque jour toute la valeur de la fonction de directeur de la sécurité et de la sûreté dans l’entreprise et son utilité dans la République"

Publié le 30 mars

ÉDITO de Stéphane Volant, président du Club des directeurs de sécurité et de sûreté des entreprises (CDSE).

Mes chers collègues,

Depuis plusieurs mois et certainement pour plusieurs semaines encore, une crise sanitaire d’ampleur mondiale touche de plein fouet notre pays, notre économie, nos entreprises, nos collaborateurs, nos clients, nos concitoyens. "Nous sommes en guerre !", martelait le président de la République dans son allocution du lundi 16 mars 2020…
Vous, les directeurs de la sécurité et de la sûreté des entreprises membres du CDSE, êtes en première ligne face à cette lutte contre l’épidémie de Coronavirus Covid-19, au cœur de l’urgence sanitaire et économique. Mobilisés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 dans les salles de crise dont vous êtes même parfois les directeurs, vous apportez votre expertise aux côtés des membres de vos COMEX, de vos collègues des ressources humaines et de vos responsables d’entités business, afin d’assurer la continuité de vos activités et de protéger vos salariés comme vos clients, en France ainsi que dans le monde entier. En traitant cette crise tout en continuant de gérer vos problématiques habituelles de délinquance du quotidien, en anticipant le risque de sur-accident et en conduisant dès maintenant des réflexions sur "l’après-crise", vous démontrez une fois de plus toute la valeur de votre fonction au sein de l’entreprise et même votre utilité dans la République. Ce qui vous guide est en effet la défense de l’intérêt général, tout à la fois somme des intérêts particuliers (ceux de vos clients et de vos collègues) mais aussi un intérêt supérieur à tous les autres (celui de l’Etat).

Depuis maintenant plus d’une semaine et la mise en place de mesures de confinement, vous devez aussi répondre à de nouveaux enjeux imposés par la gravité l’épidémie : permettre la mise en place d’un télétravail massif tout en optimisant la sécurité des réseaux, assurer la bonne circulation de vos agents essentiels, informer, rassurer vos dirigeants et vos collaborateurs sur chaque rumeur, mobiliser tous les prestataires indispensables au premier rang desquels sont les agents de sécurité privée (auxquels il conviendra de rendre aussi un hommage appuyé à la fin de cette crise), anticiper l’impact concret de toutes nouvelles décisions gouvernementales sur vos activités. Vous êtes ainsi les garants d’un continuum que cette crise rend plus indispensable que jamais : celui, vital, entre l’économie et le social qui est le creuset du pacte républicain, celui nécessaire à l’approvisionnement de tous les territoires, celui entre votre siège en France et vos filiales à l’international, celui qui doit être maintenu entre la France et l’étranger avec les salariés à leur poste et ceux qui télétravaillent, celui entre ceux qui vivent cette crise dans des conditions plutôt confortables et ceux qui souffrent, celui entre les décisions prises aujourd’hui et leurs impacts demain, celui entre le militaire et le civil, entre le régalien et le citoyen…
De ce point de vue là, vous mettez en œuvre ce qui est au cœur de vos savoir-faire, souvent acquis d’expériences antérieures, car vous conservez le calme des vieilles troupes en emmagasinant le stress de vos collègues pour leur diffuser ensuite de la sérénité et de l’énergie, vous coordonnez les actions de tous pour renforcer la cohésion nécessaire et faire que 1+1=3, vous raisonnez en stratège et vous ordonnez en tacticien.

Pour vous aider, le CDSE a ouvert sa salle de crise virtuelle dédiée à l’épidémie de COVID-19 sur son réseau crypté Citadel que vous êtes très nombreux à avoir rejoint et dont je mesure chaque jour l’utilité car vous y partagez vos doutes, vos conseils et vos initiatives avec le professionnalisme et la franchise qui sont les marques de notre Club. Par ailleurs, l’équipe du CDSE, Anne Girond, Marc-Antoine Bindler et Alexis Mongrenier sont à la manœuvre à vos côtés et ont mis en batterie tout le réseau institutionnel de notre Club afin de vous fournir une veille qualifiée, mais également pour faire remonter vos questionnements sur l’application concrète des différentes mesures gouvernementales. Je relaie ici bien volontiers les remerciements que vous leur adressez sur Citadel car, effectivement, ils sont formidables.

En votre nom, permettez-moi aussi de remercier tout particulièrement le cabinet du préfet de police de Paris. Le CDSE a établi, avec les équipes de Michel Delpuech puis de Didier Lallement, un lien de confiance jamais rompu depuis fin 2018 et le début de la crise des gilets jaunes. Ce lien de confiance démontre aujourd’hui toute la force et l’utilité de notre Club dans la crise que nous traversons : le CDSE fait remonter vos questions et la Préfecture de police y répond précisément et avec la plus grande des célérités. Cela s’est avéré extrêmement précieux ces dernières semaines ! Je remercie également l’ensemble des services de l’Etat qui, depuis le début de cette crise nous ont apporté leur concours. Je pense particulièrement au Centre de crise du Quai d’Orsay, à la DCSP (Direction centrale de la sécurité publique), à la DGGN (Direction générale de la gendarmerie nationale), au SISSE (Service de l’information stratégique et de la sécurité économiques) à la Direction générale des entreprises de Bercy, ainsi qu’à la plateforme de lutte contre les actes de cybermalveillance, cybermalveillance.gouv.fr.

L’ADN du CDSE depuis 25 ans

Ces échanges sincères entre directeurs et ce lien de confiance avec l’Etat, constituent l’ADN du CDSE. Ils sont sa raison d’être car ils justifient son utilité. Et pas seulement en temps de crise… "Réunir des responsables de sûreté de grandes entreprises ; être un lieu d’échange de leurs connaissances et de leurs expériences ; promouvoir la profession et les intérêts de celle-ci et de ses membres tant au niveau national qu’international ; se doter de tous moyens et structures propres à la réalisation de ses objectifs." Ces quelques phrases sont inscrites sur l’acte de naissance de notre Club, déposé le 13 juin 1995 en sous-préfecture de Saint-Germain-en-Laye. À l’époque, la structure composée de quelques copains s’appelait Club de défense économique des entreprises… Le CDEE, devenu CDSE en 2007, a bien grandi et nous célébrerons ensemble, malgré tout, cette année, ses 25 ans d’existence !

Quand l’urgence de la crise sera derrière nous, nous pourrons poursuivre ensemble nos réflexions relatives aux évolutions de notre métier depuis 25 ans, en tirant les enseignements de cette crise qui ancre durablement le caractère sanitaire au cœur du sentiment de sécurité de nos collègues et de nos clients, au même titre que la protection cyber, l’utilisation de l’intelligence artificielle, l’acceptabilité sociale des outils de surveillance, la menace terroriste, l’augmentation des incivilités ou le développement de la contrefaçon...

Le moment sera venu alors de redire, sur la foi de vos actions dans cette crise, que le directeur de la sécurité et de la sûreté n’est définitivement plus embauché pour "faire sauter les PV"… Au contraire, il est un professionnel dont la valeur ajoutée réside dans son regard d’investisseur de la sécurité, capable de rendre compte de la rentabilité de son action et d’expliquer à ses collègues du COMEX quel est le risque économique et social de mal traiter ou de ne pas traiter la sûreté. Nous le martelons depuis plusieurs années au CDSE : le regard des dirigeants d’entreprises, sur la sécurité et sur l’utilité de votre métier, change. Avec votre action essentielle dans cette crise du Coronavirus, nul doute que votre fonction en sortira plus que jamais renforcée. Ainsi, de la même façon que nos entreprises doivent dès maintenant réfléchir à l’après-crise pour ce qui concerne leurs modèles économiques, nous devons donc réfléchir à ce que sera le métier de directeur de la sécurité de demain, et pourquoi-pas, en nous projetant dans 25 ans, en 2045, quand le CDSE fêtera fièrement ses 50 d’existence… Deux événements majeurs de la vie de notre Club nous donnerons l’opportunité de ce regard tourné à la fois dans le rétroviseur et vers l’avenir : l’odyssée du CDSE Lab et notre colloque annuel. J’y reviendrai plus en détails dans quelques semaines, quand les temps seront plus cléments…

Par ailleurs et avec vous, je voudrais avoir ici une pensée émue à la mémoire de tous les Français morts sous les coups de ce virus atroce et, particulièrement parce qu’ils sont en quelque sorte nos frères d’armes, pour le gendarme, l’agent administratif de la Préfecture de police, l’agent de sécurité privée et le personnel de l’administration pénitentiaire déjà tombés au cœur de l’action.

Pour conclure, je voudrais me faire le relais des remerciements qui me sont adressés par tous les interlocuteurs de notre Club. Car leur sincérité est à la hauteur de la discrétion dont vous faites souvent preuve dans l’exercice de vos responsabilités. Sans doute est-ce là aussi l’une de vos marques de fabrique : l’un de vos savoir-faire est de savoir gérer la confidentialité et le secret mais également d’être utile, dans l’ombre, à la réflexion et à l’action. Alors, dans ces derniers mots, je mets toute l’admiration que vous suscitez chez nos interlocuteurs d’Etat et dans vos entreprises. Elle se manifeste dans les nombreux contacts que j’entretiens avec eux ces derniers jours.
Alors, Chers collègues, merci de vous !

Enfin, je vous souhaite toute la force et le courage nécessaires pour sortir de cette crise de temps long…

Vôtre,
Stéphane Volant

Edito de Stéphane Volant initialement paru dans "La Lettre du CDSE" du lundi 30 mars 2020, première édition de la nouvelle newsletter du Club des directeurs de sécurité des entreprises.

Adhérer au CDSE, c’est ...

Appartenir à un réseau de professionnels qui fédère les directions de la sécurité et de la sûreté de près de 150 grandes entreprises françaises et européennes.

Le CDSE a établi des partenariats avec les services du Premier ministre (SGDSN et ANSSI), le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Economie et des Finances et le ministère des Affaires étrangères

En savoir plus

Pour adhérer au CDSE, cliquez ici