Club des Directeurs de Sécurité & de Sûreté Des Entreprises

precédent Arrêt de la Cour de Cassation, 7 décembre 2011 n°2575, Société Sanofi Pasteur c/ Peyret Pour les directeurs sécurité avertis, la solution retenue (...) Simulation d’une crise informatique majeure L’exercice Piranet 2012, qui s’est déroulé les 7, 8 et 9 (...)

De l’importance de vérifier les CV

Publié le 9 février 2012

Jean-Pierre Gaillard avait été nommé début novembre, comme le nouveau directeur de l’aéroport international de Limoges par la CCI locale. Son CV était flatteur : ancien pilote de chasse dans la Marine nationale, ingénieur de l’Ecole nationale d’aviation civile (ENAC), il dirigeait jusqu’alors une filiale de la société Entrepose Contracting (Groupe Vinci). Lors de son arrivée à Limoges, il avait décrit ses actions de militaire durant les deux guerres du Golfe, en ex-Yougoslavie et au Liban, lors d’une interview accordée à la presse locale.
C’est finalement une cliente de l’aéroport qui l’a reconnu sur une photo et a donné l’alerte fin janvier. Et le masque est tombé. Jean-Pierre Gaillard n’était rien de ce qu’il prétendait être et surtout n’était pas qualifié pour diriger l’aéroport de Limoges qui fait voyager plus de 400.000 passagers par an et est desservi par quatre compagnies : Air France (via sa filiale Britair), Ryanair, Flybe et Airlinair.
Par ailleurs, Jean-Pierre Gaillard avait déjà été condamné à différentes peines, dont des peines de prison ferme, par les tribunaux de Pontoise (Val-d’Oise), d’Agen (Lot-et-Garonne), Périgueux (Dordogne) et de Bordeaux (Gironde) pour plusieurs délits. Malgré ces nombreuses condamnations, il avait réussi à produire un extrait de casier judiciaire vierge pour se faire embaucher à la direction de la plate-forme aéroportuaire de Limoges. Jean-Pierre Gaillard est aujourd’hui introuvable. Son contrat prévoyait une année d’essai : la Chambre de commerce et d’industrie a donc mis fin à son contrat immédiatement et sans préavis. Aucune plainte n’a été déposée, la CCI ne s’estimant, pour l’instant, victime d’aucun préjudice : l’usurpateur aurait fait preuve de grandes qualités professionnelles dans ses nouvelles fonctions et aurait abattu un travail remarquable, selon ses proches collaborateurs.