Faut-il bannir le modèle Easyjet ?

Publié le 24 mars 2010

Dans les Echos en date de mercredi 24 mars, Philippe Escande présente le modèle Low cost d’Easy Jet comme un modèle anti-crise. Son modèle lui permettrait un ensemble d’économies qui rend l’entreprise super compétitive. "Si easyJet, à la différence de RyanAir, dispose de personnel payé en France selon un régime de droit français (350 personnes), les coûts sont largement inférieurs à ceux d’un opérateur historique. Les frais de personnels représentent 13% des coûts chez easyjet, quand ils sont à 30% cher Air France". On reprochera au journaliste de ne pas mentionner l’amende de 225 000 euros requise à l’encontre d’Easy Jet. Jean-Paul Jacquier, sur le site les clés du social, nous apprend effectivement que l’URSSAF lui réclame 8 millions d’euros, Pôle Emploi 1 million et demi, et l’Unac, l’Union des navigants de l’aviation civile, 100 000 euros. Le jugement est en délibéré. D’après l’auteur, la gendarmerie d’Orly a découvert que la société de droit britannique est immatriculée en France au registre du commerce et qu’elle a déclaré 2 salariés en 2004 et un en 2005 alors qu’elle en employait 168 et 179 sur la période 2005-2006, mais sans les déclarer ! Ce modèle "idéal" ne reposerait-il pas également sur du travail dissimulé ?

Adhérer au CDSE, c’est ...

Appartenir à un réseau de professionnels qui fédère les directions de la sécurité et de la sûreté de près de 150 grandes entreprises françaises et européennes.

Le CDSE a établi des partenariats avec les services du Premier ministre (SGDSN et ANSSI), le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Economie et des Finances et le ministère des Affaires étrangères

En savoir plus

Pour adhérer au CDSE, cliquez ici