La légitime défense est-elle envisageable face aux cyber attaques ?

Publié le 16 août 2012

De nouvelles cyberattaques ont affecté début août plusieurs banques, notamment libanaises. 1 660 ordinateurs auraient été ciblés (734 l’auraient aussi été en Israël et en Palestine, et 43 aux Etats-Unis).

Le virus du nom de "Gauss" inquiète grandement le gouvernement américain. Celui-ci réflechirait à la mise en oeuvre de nouvelles normes permettant à l’armée et aux agences spécialisées des Etats-Unis d’user de moyens plus "offensifs", en particulier de mener des cyberattaques contre des objectifs à l’étranger.

D’après le journal Le Monde, le principal instigateur de cette revendication est le général Keith Alexander, chef du Cyber Command, une unité spéciale créée il y a deux ans. Actuellement, la défense américaine n’est autorisée qu’à protéger son propre territoire contre des cyberattaques. Le général souhaite que ses règles opérationnelles soient modifiées afin de pouvoir entreprendre des actions "raisonnables et proportionnées" hors du territoire américain en cas de "menace imminente contre les Etats-Unis".

Cette cyberguerre se mène en secret. Mais, pour légiférer, comment et quand définir la réalité de la menace ? La justice et le département d’Etat américains souhaitent éviter des bavures, en particulier dans des actions amenées à viser le territoire de "pays alliés".

Adhérer au CDSE, c’est ...

Appartenir à un réseau de professionnels qui fédère les directions de la sécurité et de la sûreté de près de 150 grandes entreprises françaises et européennes.

Le CDSE a établi des partenariats avec les services du Premier ministre (SGDSN et ANSSI), le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Economie et des Finances et le ministère des Affaires étrangères

En savoir plus

Pour adhérer au CDSE, cliquez ici